Cinéma, Festival cinéma

Le BIFFF version 2018 c’est maintenant

Bifff-2018

Habitués de la grosse machinerie du prestigieux Festival de Cannes, vous n’imaginez pas le choc alors que, pour la première fois lors de sa 35ème édition, nous festivalions au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles, connu mondialement sous l’appellation « BIFFF », Brussels International Fantastic Film Festival.
Et pour fantastique, notre dépucelage a été scotchant ! De l’hyper stricte, et aseptisée, organisation cannoise aux inaccessibles personnalités, en passant par les ennuyeux Magritte du Cinéma belge (c’est pas moi qui l’dis c’est Hugues Dayez), nous avons mis les pieds dans un antre de passionnés chaleureux, généreux et….désopilants.
« Venez ! », comme vous invite la voix pas très rassurante de la pub, assister à une des nombreuses projection au BIFFF à l’ambiance inattendue et totalement délirante…je ne vous lacherai pas plus d’info sur ce qu’il se passe dans les salles dès que le film commence, VENEZ !…et vous en redemanderez !
Autre particularité surprenante au BIFFF, comparé à nos expériences cannoises, ce sont les tout aussi nombreux Q&A (questions/réponses) accessibles à toutes et tous pendant les deux semaines du festival…vous pouvez y aller de votre petite question au rélisateur/trice, au producteur, au scénariste voire, à l’image de Guillaume Musso, à l’écrivain dont l’oeuvre est adaptée (« Will you be there » de la sud-coréenne Hong Ji-young).
Du thriller fantastique au film d’horreur en passant par la science-fiction, des zombies, du gore ainsi que des comédies désopilantes venus de partout, la sélection du BIFFF saura vous séduire.
Quoi c’est pas votre genre ? VE-NEZ ! …vous ouvrir, découvrir….je vous avouerai que c’était pas mon truc non plus mais après avoir assisté à un thriller haletant sur le thème « les clés sont dans la bagnole…mon gosse aussi et on est en plein désert » (« Monolith » de Ivan Silvestrini) ; à l’excellent « The Autopsy of Jane Doe » qui mêle thriller, horreur et surnaturel…même que Stephen King vous conseille de ne pas le regarder seul ; au danois « Small Town Killers » d’Ole Bornedal pour lequel la salle a pleuré….de rire, véritable séance d’abdos….mais comment avons-nous pu passer à côté de ce festival si addictif ?
Quand vous avez l’occasion d’échanger avec Rod Smith, producteur de « Eat Local », qui ne comprend pas pourquoi le film se vend un peu partout (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Moyen-Orient…) alors qu’en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord pas, qui vous demande « maybe to slapstick ? », vous passez un bon moment…
Quand, cuvée des Trolls aidant, vous demandez à Avid Liongoren, réalisateur du très poétique « Saving Sally », si son méchant personnage n’aurait pas une belle tête de bite et qu’il vous répond en dessinant une belle tête de bite dans votre programme « qu’il aime ça »….
Quand, après un bref échange avec le réalisateur atypique néo-zélandais Christian Nicolson sur son improbable « This Giant Papier-Maché Boulder Is Actually Really Heavy », vous êtes encore en contact électronique…d’ailleurs son film sort très prochainement en blu-ray……vous vous dites quec’est définitvement « THE place to be »…
Le BIFFF c’est une sélection internationale de qualité, ce sont des master class, des animations, des concours d’artistes de make-up, et de body-painting stupéfiants…et bien d’autres choses !!!

RDV sur notre page Facebook pour toutes les infos sur place

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s